Logo d'A l'état Brut

ROCAILLE ET FAUX-BOIS : IMITATIONS DE LA NATURE

Art oublié, abandonné, la rocaille représente pourtant un pan important de l'histoire de la maçonnerie paysagère.

Histoire de la rocaille

La rocaille est un art qui remonte à l'invention du ciment aux alentours de 1850, et qui a connu son heure de gloire sous Napoléon III avec l'aménagement de parcs publics entièrement décorés de rocailles (Buttes Chaumont). La technique a apparement perduré jusqu'après la première guerre mondiale, pour sombrer dans l'oubli après la seconde.
L'idée de reproduire des décors naturels est antérieure au XIXème siècle, mais l'invention du ciment a permis un nouvel essor de cette mode naturaliste en rendant possible la réalisation de branchages en tous genres et de rochers creux ne nécéssitant que peu de matériaux.
Selon Michel RACINE (dans "Jardins "au naturel" : rocaille, grotesques et art rustique"), la créativité sans limites des artisans rocailleurs serait aussi à l'origine du béton armé.

L'art du rocailleur

Pont, passerelles, rampes et gardes corps, bancs, tables, ou même grottes et arbres creux... Les rocailleurs n'ont pas manqué d'audace et leur production témoingne d'une rare créativité.

Techniques de la rocaille

Pour réaliser des branchages de style rocaille, le principe est assez simple : on tord un fer à béton pour lui donner la forme voulue, on l'habille de grillage (les anciens utilisaient plutôt du fil de fer enroulé autour du fer à béton), puis on enduit et on sculpte le mortier de façon à obtenir quelque chose qui ressemble à une écorce, à du bois flotté...
En pratique cela demande quand même une grande maîtrise de l'outillage et des propriétés du mortier.
On peut utiliser pour commencer un mortier composé d'un volume de ciment pour 2-3 volumes de sable (tamisé de préférence), et s'en servir pour remplir la cage en grillage à poules. Une deuxième couche un peu plus grasse (plus riche en ciment) permet de donner sa forme globale à la branche, et une troisième peut servir de support pour sculpter l'écorce.

Restauration des ouvrages en rocaille

Les rocailles ont souvent un bon siècle d'existence. Le ciment finit par se carbonater et par devenir poreux, et dès lors les ferailles qui servent d'armature commencent à rouiller à l'intérieur de l'ouvrage. Ce processus conduit inexorablement à l'éclatement du béton (le fer gonfle en rouillant).
Selon l'état des rocailles, on peut envisager une réparation, ou bien une reconstruction à l'identique.

Retour à la page Techniques