Logo d'A l'état Brut

LA PIERRE SÈCHE OU L'ART DU SOUTÈNEMENT

Technique ancestrale, à la fois simple et efficace, la pierre sèche sculpte les paysages du monde entier. Le secret ? Résistance, durabilité, simplicité de la mise en oeuvre et esthétique.

Qu'est ce que la pierre sèche ? Principes techniques.

Il s'agit d'une technique de construction. Elle consiste à bâtir des murs en pierre sans mortier. C'est l'assemblage soigneux des blocs, les proportions du mur, ainsi que sa structure drainante qui lui confèrent sa solidité.
Par extension on peut considérer la technique des calades comme étant une technique de pierre sèche appliquée aux sols.

Avantages et inconvénients de la pierre sèche.

Les murs de pierre sèche ont de nombreuses qualités qui en font aujourd'hui encore un choix technique pertinent.

  • Proximité immédiate des matériaux : possibilité de créer des murs dans des endroits très encaissés, difficiles d'accès, en utilisant la pierre disponible sur place.
  • Porosité du mur aux écoulements d'eau : c'est LE point fort des murs en pierre sèche utilisés à des fins de soutènement. Le mur est totalement perméable au ruissellement et évite ainsi que les sols ne se gorgent d'eau lors de fortes pluies. Le recours aux murs de pierre sèche limite les risques de glissements de terrain, et permet d'obtenir des terrains cultivables bien draînés.
  • Résistance mécanique : contrairement à un mur en béton ou à un mur en limousinerie, le mur en pierre sèche absorbe les chocs ou la poussée du terrain qu'il soutient. Il peut encaisser de très grosses déformations avant de rompre et ne présente pas le problème fréquent de la fissuration...
  • Résistance aux intempéries : les mortiers sont sensibles aux problèmes d'humidité ou de gel. Pas de mortier = pas de retenue d'humidité, donc pas de problèmes!
  • Limitation des phénomènes d'érosion des sols : là où il n'y a plus d'arbres pour retenir le sol, le mur en pierre sèche prend le relais et maintient le terrain par l'aménagement de terrasses et de restanques.
  • Esthétique : même abimé, même écroulé, le mur en pierre sèche reste fier et beau! On ne peut pas en dire autant de tous les murs!
  • Écologique : le mur en pierre sèche fournit un abri aux insectes et aux lézards... Avec les années il devient le support des lichens et des mousses, puis des fougères et des plantes grasses.
  • Économique : les artisans muraillers sont des vrais spécialistes formés aux subtilités du soutènement. C'est un gage de qualité et de durabilité. Le soutènement en béton, qui est techniquement beaucoup plus complexe à réaliser est souvent sous-estimé, en témoignent les nombreux murs penchés, fissurés, décrépis qui parsèment les propriétés. Mon conseil : n'ayez pas peur de demander des devis à un maçon traditionnel et à un murailler pour comparer, surtout si vous avez déjà la pierre!

Du côté des inconvénients, nous pouvons signaler :

  • Pénibilité : c'est un travail physique demandant pas mal de résistance résistance. C'est aussi un travail de patience : imaginez vous faisant un puzzle de plusieurs miliers de pièces qui pèsent facilement plus de 10 kilos chacune...
  • Accessibilité : les chantiers de pierre sèche sont souvent situés dans des endroits reculés ou accidentés, qui ne permettent pas forcément l'utilisation de machines pour la manutention. Un contrainte qui peut peser sur le budget de façon sensible.
  • Une technique oubliée : beaucoup de gens pensent à tort que le béton est bien plus solide que la pierre sèche... Comme toutes les techniques dont il est question sur aletatbrut.com, la pierre sèche fait peur parce qu'elle a été oubliée, parce que les informations sont difficiles à trouver. Mais n'oubliez pas que vous faites appel à des gens passionnés et qualifiés!
  • Un prix prohibitif : une réputation fausse dans bien des cas... Tout dépend du projet, du degré de finition, de la présence ou non de pierres sur le terrain.

Que peut-on construire en pierre sèche? Exemples d'utilisation de la pierre sèche

La pierre sèche est utilisée dans le monde entier, essentiellement pour créer des ouvrages de soutènement drainants et résistants aux fortes précipitations. En effet c'est cette caractéristique qui fait de la pierre sèche la technique de réference quand il s'agit d'aménager des terrains accidentés, voir extrêmement escarpés, en parcelles de culture ou en voies de communication.

Il existe une seconde utilisation très répandue de la technique de la pierre sèche : la réalisation de murs de clôture. Délimitation des parcelles, épierrement des sols dans les zones très caillouteuses… La pierre sèche est toujours intimement liée à l'agriculture.

On trouve des cabanes réalisées en pierre sèche. D'habitude les maisons d'habitation sont constituées de limousineries au mortier de terre ou de chaux, la pierre sèche n'étant pas une très bonne protection contre le vent… mais les cabanes de berger et les cabanons de vigne sont souvent construits en pierre sèche.

La technique de la pierre sèche peut aussi servir pour la construction de petits ponts, surtout si l'endroit est reculé et rend difficle l'approvisionnement en matériaux "étrangers" au site. En effet rien n'empêche de construire des voûtes en pierre sèche!

Les règles d'or de la pierre sèche.

Quand on veut réaliser ou faire réaliser un mur de soutènement en pierre sèche solide, durable et esthétique, mieux vaut connaître ces quelques règles de base et vérifier qu'elles sont bien appliquées.

  • Un mur de soutènement doit toujours avoir du fruit par rapport à la verticale (10 a 20% par exemple, ce qui vaut aussi pour les murs en béton !).
  • L'épaisseur du mur à sa base doit faire au moins un tiers de sa hauteur.
  • Les fondations doivent être enterrées ou réalisées à même la roche, assises avec de gros blocs, et si possible légèrement inclinées à contre pente.
  • La face visible du mur, le parement, doit être aligné avec deux cordeaux parallèles.
  • L'arrière du mur, le drain, est constitué de toutes les pierres qui de peuvent pas servir au parement, il faut soigneusement les caler et créer un système drainant en remplissant peu à peu l'espace entre le mur et le talus avec des petites pierres.
  • Le parement et le drain doivent être solidarisés par la présence de boutisses (pierres rentrant dans le mur).
  • Casser les suites de joints verticaux, ou coups de sabre, en croisant bien les pierres, et inclure des paneresses.
  • Le dessus des pierres doit fournir une assise stable à la nouvelle rangées de pierres qui va les recouvrir : jamais de pente orientée vers la face du mur!

Monuments de pierre sèche.

La citadelle de Cuzco au Pérou est à mon avis l'un des plus grands chefs d'œuvre de la pierre sèche. C'est une montagne entière qui y a été consolidée, drainée, sculptée par des ouvrages de pierre sèche. On y trouve un immense réseau sous-terrain de drainage des eaux de pluie, qui ressurgit sous forme de fontaines et alimente la ville en eau, sans parler de l'incroyable finesse de certains assemblages… Qui peut prétendre faire des choses pareilles aujourd'hui !

Retour à la page Techniques